19/06/2011

Perruches et Sittelles en Angleterre

Evaluating the population-level impact of an invasive
species, Ring-necked Parakeet Psittacula krameri, on
native avifauna
STUART E. NEWSON, ALISON JOHNSTON,DAVE PARROTT & DAVID I. LEECH
Ibis (2011), 153, 509–516

Pour vérifier si les conclusions de Strubbe et Matthyssen 2007 et 2009 (voir leurs résumés sur le post précédent) étaient valables en Angleterre, les auteurs ont utilisé les données du British Birds Survey qui existe depuis 1994. Ils ont suivi spécialement les espèces qui peuvent entrer en compétition pour les sites de nidification avec la Perruche : Pics vert et épeiche, Sittelle, Mésanges bleue et charbonnière, Choucas, Pigeon colombin et Etourneau(l'Epeichette fut négligé car trop rare).
Les auteurs ont d'abord appliqué le même genre de méthode que Strubbe et Matthyssen (2007). Ils ont spécialement fait attention aux éventuelles corrélations avec la composition du milieu. Ils ont ensuite appliqué une autre méthode pour corréler les changements d'abondance des espèces cavicoles avec l'abondance de leurs éventuels compétiteurs.

Sittelle_Poudrerie_19mar2011 tronquée.jpg

 


Cette Sittelle supporte comme elle peut la présence de nombreuses Perruches

 

Les analyses initiales entre les abondances des perruches et des sittelles

a montré une corrélation négative. Cependant, après avoir tenu compte de la densité de l'habitat humain (la perruche y est positivement corrélée alors que la Sittelle l'est négativement), on ne trouve plus de corrélation.
L'étude d'une éventuelle corrélation entre un changement d'abondance des
cavicoles et la présence de perruches n'a montré de résultat que pour la Mésange bleue, mais seulement une baisse du taux de croissance de 0,1% par couple supplémentaire de perruche par km², ce qui est négligeable. 
L'effet direct de la densité du milieu urbain n'est pas étudié dans
l'article belge mais il tient compte de la proportion de forêt,très négativement corrélé avec l'habitat urbain. Il n'est pas impossible que l'effet de compétition soit plus faible en Angleterre qu'en Belgique pour des questions de densités de perruches et/ou de disponibilités des cavités.
La corrélation négative entre Perruche et Mésange bleue semble plutôt liée
à des différences de préférences d'habitat entre les 2 espèces, la Perruche préférant des milieux moins adaptés à la Mésange bleue.
L'étude n'a donc pas trouvé de preuve que dans la répartition et les
densités actuelles de la Perruche à collier en Angleterre, celle-ci influence négativement l'abondance des Sittelles ni d'autres espèces cavicoles . Pour le moment il y a peu de recouvrement entre les noyaux des populations des 2 espèces et on ne peut exclure d'impact négatif si les populations de perruches continuent à augmenter.

 

19:09 Écrit par Fr dans exotiques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.