06/09/2012

Quoi de neuf à Londres ?

 

The changing status of the breeding birds of the Inner London area

Ian Woodward and Richard Arnold

British Birds 105 • August 2012 • 433–457

 

 

 

Remarque du traducteur : Les ornithologues londoniens ont eu la bonne idée en 1929 de définir un rectangle de 100km² environ (8 x 5 miles) au centre de Londres (« Inner London ») et …. d’en suivre l’avifaune depuis Cette zone ne doit pas être confondue avec « London area » qui est une sorte de cercle de 3200km² (20 miles de rayon). A ne pas confondre non plus avec « Greater London » qui est une division administrative intermédiaire entre les 2 zones définies par les ornithologues.

Inner London correspond à peu près (surface et milieux) à Paris, alors que London area couvrirait le quart de l’Île de France !

(toutes les photos ilustrant ce billet ont été prises dans Inner London en février 2007)

 

 

Deux atlas des oiseaux nicheurs ( 1968-72 et 1988-94 ) ont été établis et un 3ème, démarré en 2008,  se termine cette année.

 

Grandes lignes

 

Cramp et all notaient qu’il y avait 32 espèces nicheuses régulières dans Inner London en 1950, dont 7 l’étaient devenues depuis 1900, principalement depuis 1925 : Morillon, Crécerelle, Foulque, Geai, Rougequeue noir, Bergeronnette de Yarrell et Chardonneret. En 1965, la Bernache du Canada, le Milouin, le Goéland argenté et le Bouvreuil ainsi que les 1ères nidification  du Grèbe huppé, de l’Epervier et de la Bergeronnette des ruisseaux pendant qu’on notait la perte comme nicheur du Grèbe castagneux et du Pigeon colombin (qui réapparut autour de 1970).

 

Londres_Foulque en bataille_fev07_red-rognée.jpg

Ca rigolait pas à Kensington Gardens ce jour-là !

Le 2ème atlas notait aussi l’établissement du Héron cendré, de la Pie, du Roitelet huppé et de la Mésange à longue queue ainsi que le retour de l’Hirondelle de fenêtre après 80 ans d’absence. Le Choucas et le Moineau friquet avaient disparu entre les 2 atlas pendant que la Chouette hulotte, la Grive musicienne et le Gobemouche gris diminuaient régulièrement. Au contraire 24 espèces étaient en augmentation et 20 étaient absentes pendant le 1er atlas.

 

Entre le 2ème et le 3ème atlas, 15 nouvelles espèces ont niché : Ouette d’Egypte, Tadorne, Chipeau, Mandarin, Grèbe castagneux, Faucon pèlerin, Faucon hobereau, Goéland marin, Sterne pierregarin, Chevêche, Perruche à collier, Pic vert, Hirondelle de rivage, Fauvette grisette et Rousserolle effarvatte. Pendant ce temps, 9 espèces ont disparu comme nicheuses dont 3 n’étaient là que grâce aux friches temporaires des Surrey Docks ( Alouette des champs, Bergeronnette printanière et Bruant des roseaux), les autres étant le Petit gravelot, la Tourterelle turque, le Fitis, le Gobemouche gris, le Sizerin flammé et le Bouvreuil. Durant la même période 6 espèces ( Crécerelle, Hulotte, Hirondelle de fenêtre, Grimpereau des bois - je dis bien DES BOIS… il n’y a pas de G. des jardins au R-Uni ! N.d.T. - Grive musicienne et Linotte ) ont vu leur territoire de nidification se contracter.

 

En 1965, 34 espèces nichaient régulièrement dans Inner London et 60 en 2011. Seuls 3 nicheurs réguliers de 1965 ( Choucas, Gobemouche gris et Bouvreuil) ont arrêté de nicher. L’avifaune d’Inner London n’a jamais été aussi variée depuis au moins 120 ans.

 

Certaines baisses peuvent être liées à un déclin général au R-Uni (Fitis, Grive musicienne, Gobemouche gris, Linotte, Sizerin et Bouvreuil ). D’autres variations sont liées à des modifications de milieux, involontaires (2ème Guerre mondiale, Surrey Docks) ou planifiés pour sauvegarder l’avifaune ( London Wetland Center).

 

 

 

Cas particuliers

 

Oiseaux d’eau

 

La Bernache du Canada nichait dans Inner London déjà dans les années 60, après que des oiseaux volants furent relâchés en 1955 à Hyde Park. Elle s’est répandue dans les années 80 dans tous les parcs de Londres. L’Oie cendrée s’est établie au cours des années 80, à la suite d’un lâcher de jeunes non éjointés à St James’s Park.

 

Londres_Oie cendrée en vol fev07.jpg

Cette Oie cendrée volait à Kensington Gardens à la même époque

 

La nidification de l’Ouette dans Inner London a été prouvée en 2008 à Regent’s Park à partir d’une population qui s’est installée au SW de Londres à la fin des années 90. Depuis elle niche, probablement ou avec certitude, dans 6 autres sites. Le Canard mandarin niche dans Inner London depuis 2001 et la Nette rousse, à partir d’oiseaux captifs qui se sont reproduits, est considérée comme férale depuis 2010. D’autres espèces exotiques ont réussi transitoirement à se reproduire à l’état libre dans Inner london.

 

Londres_Ouettes Regent's Park_fev07_red-rognée.jpg

Ces Ouettes étaient déjà à Regent's Park en février 2007 mais je ne prétends pas qu'elles y nichaient !

Pour la petite histoire, il semble bien que l’installation de la Foulque à la fin des années 20 ait été rendue possible par le dépôt d’œufs de Foulque dans divers nids de Poule d’eau…

 

Le Tadorne de Belon est devenu de plus en plus nombreux dans le Grand Londres depuis le 2ème atlas et un couple apparemment sauvage a niché à Regent’s Park (Inner London) durant l’atlas en cours.

 

 

 

Hérons et Cormorans

 

Le Héron cendré s’est établi dans Inner London en 1968 et pendant le dernier atlas, on y trouve 3 héronnières avec un total de 50 à 60 nids occupés. L’Aigrette garzette niche dans le London area depuis 2006 (au moins 10 couples en 2010) mais ne fait que visiter « Inner London ». De même pour le Grand cormoran qui niche dans au moins 8 sites du London area.

 

Londres_Héron cendré Regent's Park fev07_red-rognée.jpg

Construction à la héronnière de Regent's Park en février 2007

 

Rapaces

Le Faucon crécerelle niche dans Inner London depuis les années 30 (mais semble en régression lors du 3ème atlas), l’Epervier depuis les années 90 et le Faucon pèlerin depuis les années 2000 (au moins 7 couples en 2011 !). Même le Faucon hobereau, après une nidification infructueuse en 2002 , a réussi une reproduction en 2011 !

 

 Laridés

Le Goéland brun, bien qu’établi plus tard que le Goéland argenté , est maintenant devenu plus abondant. La nidification du Goéland marin a été prouvée pour la 1ère fois dans Inner London en 2008 sur une barge. La Sterne pierregarin s’est développée dans le Grand Londres grâce en particulier à la multiplication des radeaux mis à leur disposition. Trois nidifications ont eu lieu dans Inner London (1 en 2010 et 2 en 2011)

 

Londres_Goéland brun Tamise Londres fev07_red-rognée.jpg

Les bords de la Tamise à marée basse ( eh oui la marée remonte jusqu'à Londres !) attirent les Goélands bruns

 

 Perruches

Etablie sans doute dans les années 70, la population de perruche à collier de l’ouest de Londres a considérablement augmenté au début des années 90. Elle niche maintenant dans la majorité des parcs d’Inner London. La population du R-Uni a été multipliée par 9,5 entre 1995 et 2009 !

Un couple de Conure veuve s’est reproduit en 2010 juste à l’extérieur d’Inner London.

 

 Chouettes

La Chouette hulotte est nicheuse et la Chouette chevêche l’est redevenue depuis 2007 en nichant régulièrement à Regent’s Park (et à Kensington Garden en 2012 !)

 

 Hirondelles et Martinets

Après avoir augmenté leurs territoires dans les années 80, les 2 espèces présentes au 20ème siècle ont divergé : le Martinet noir semble stable même si des inquiétudes naissent de la rénovation des immeubles ; l’Hirondelle de fenêtre a clairement décliné, surtout dans les années 90.

L’Hirondelle de rivage a niché pour la 1ère fois en 2008 en utilisant des cavités artificielles dans les berges bétonnées de la Tamise (maximum 3 couples).

 

 Corvidés

La Corneille a toujours niché dans Inner London et la Pie le fait depuis 1971. Les 2 espèces sont bien représentées partout. Le Geai est arrivé avant la Pie ( dans les années 50) mais n’est pas devenu aussi ubiquiste, évitant donc les secteurs les plus urbanisés.

 

Londres_Corneille leucique-fev07_red.jpg

On trouve aussi de "superbes" corneilles bigarrées à Londres ( ici à Kensoigton Gardens)

Le Freux a disparu comme nicheur depuis 1916 et le Choucas après le 1er atlas ( 1968-72). Celui-ci, après un profond recul dans London area, semble actuellement reconquérir une partie de ses anciens territoires, mais pas encore au point de nicher de nouveau dans Inner London.

 

 Sylvidés

La Fauvette à tête noire a doublé sa population dans London area entre 1995 et 2009 !

La Fauvette grisette est nicheuse dans Inner London depuis cet atlas alors que le Pouillot fitis en a disparu. La Rousserolle effarvatte niche  maintenant régulièrement à Regent’s Park mais pas encore la Bouscarle…. malgré son extension dans London area qui l’amène aux limites du centre ville !

 

 Turdidés

La Grive draine est restée stable depuis le dernier atlas mais la Grive musicienne a régressé.

Le Rougequeue noir se maintient dans inner london (quelques dizaines de couples)

 

 Bergeronnettes

La Bergeronnette de Yarrell est établie à Londres depuis le début du 20ème siècle. La Bergeronnette des ruisseaux qui a niché pour la 1ère fois en 1952, était bien répandue en 1990 et maintenant elle est aussi répandue que la Bergeronnette de Yarrell.

 

 

 

 

 

15:34 Écrit par Fr dans régions urbaines | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.