13/01/2015

Les merles chantent plus tôt et se nourrissent plus tard quand il ya de la lumière et du bruit

Seize the night: European Blackbirds (Turdus merula) extend their foraging activity under artificial illumination

                                  Anja Russ, Annika Rüger, Reinhard Klenke

Journal of Ornithology January 2015, Volume 156, Issue 1, pp 123-131

 

L'éclairage artificiel perturbe le synchronisateur de l'horloge biologique qu'est l'alternance jour/nuit. Certains oiseaux en profitent pour chasser plus longtemps.

L'éclairage, conjugué au bruit urbain, est responsable de l'avancée de l'heure du "choeur de l'aube" (cf. ci-dessous) alors que cela ne semble avoir aucune influence sur la fin des chants le soir.

 

Merle_papier_BChaumont-red-rec.jpg

En se nourrissant trop tard, on peut parfois se tromper....

Méthode : étude dans Leipzig, ville coupée par une forêt nord-sud. 35 séances d'observations de mars à juin à partir de 30mn avant le coucher du soleil. Des captures au filet (217) pour mesurer la condition corporelle ( indice calculé à partir de la variation résiduelle sur une régression masse corporelle /longueur du tarse en séparant mâle et femelle). Longueur du jour = durée séparant l'aube civile (soleil 6° sous l'horizon) du crépuscule civil (idem).

 

Résultats et discussion : centre, parcs et foret sont éclairés de manière très différente (12,8/ 5,4 / 0,1 lampadaires/ha).

Les oiseaux exposés à l'éclairage urbain se nourrissent plus tard dans la soirée, surtout dans les jours courts de mars (effet déclinant en s'approchant du solstice).  Les mâles sont plus sensibles à l'éclairage artificiel que les femelles (de manière générale la surreprésentation des mâles dans les derniers à quitter le terrain n'est pas significative, mais elle l'est dans le centre alors qu’en forêt leur proportion est égale au sex ratio).

Merle_nourrissage-lumière-artif_AnjaRuss.jpg

Cependant les conditions de poids ne varient pas en fonction de l'éclairage artificiel, mais en fonction du milieu et de la saison : les oiseaux ne bénéficient donc pas de cette activité supplémentaire.

 

 

Sleepless in town - Drivers of the temporal shift in dawn song in urban European Blackbirds

Anja Nordt et R. Klenke

PLoS ONE 8(8): e71476 ( 2013)

 

But : faire le départ entre les influences du bruit et de l'éclairage artificiel dans l'avancée du "choeur de l'aube" des merles urbains.

 

Méthode : gradient de la forêt au centre urbain de Leipzig. Il y a des zones très urbaines mais calmes (centre piétonnier), il y a des zones boisées mais bruyantes (bord de la voie rapide). Travail de part et d'autre du 27 mars, date de changement d'heure.

Cartographie des postes de chant et repérage des territoires (ca 300)

 

Résultat : le "chœur de l'aube" démarre plus tôt (jusqu’à 5h30 d'écart entre le premier et le dernier de la même journée) dans les zones du centre bruyant que dans la forêt proche : le premier est le long de la route circulaire. Dans le centre piétonnier, ils démarrent plus tard que dans les secteurs bruyants mais le dernier à démarrer est dans la forêt (au début de l'aube, quand le soleil est à 6° sous l'horizon). La variabilité de l'heure (écart-type) est nettement plus importante au centre-ville qu'en forêt.

Le temps nuageux et le froid retarde le démarrage du chant en forêt, mais pas dans les parcs éclairés.

Le changement d'horaire n'a pas un effet visible, sauf dans un secteur bruyant où le lendemain lundi il n'y a pas eu d'effet mais dans les 5 jours qui ont suivi, le chœur de l'aube s'est décalé progressivement de 20 mn plus tôt (alors qu'il dérive naturellement vers plus tard).

 

Merle de ma fenetre-red-rec.jpg

Un poste de chant.... sous ma fenêtre !

Discussion : normalement, en milieu naturel, le chœur de l'aube démarre avec l'aube "civile", plus tardivement si le temps est couvert ou s'il fait froid.

Les merles chantent plus tôt au centre que dans la forêt.

Le facteur dominant de cette avancée est le bruit (qui agit soit comme synchronisateur, soit en forçant à chanter plus tôt pour pouvoir chanter tranquillement) même si l'effet est difficile à séparer de celui de la lumière. La réaction au changement horaire seulement près de la route circulaire renforce l’hypothèse du rôle du bruit.Si la transmission du signal pouvait être assurée par des ajustements sonores (chants plus aigus, plus forts, etc.), les merles auraient utilisé cette solution plutôt que le chant nocturne.

En milieu plus ou moins naturel, le démarrage est assez synchronisé car un chanteur va faire répondre ses voisins. En ville, il y a beaucoup d'hétérogénéité dans les conditions locales, ce qui fait qu'il y a une grande hétérogénéité dans les heures de démarrage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16:59 Écrit par Fr dans urbanisation | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |