17/06/2007

Le régime alimentaire du Faucon crécerelle en ville

Le régime alimentaire du Faucon crécerelle à Paris

Thibault 1968 , Alauda, 71(1) : 82-83

Analyse des proies du couple de St Sulpice : 44 oiseaux contre 64 micrommammifères

 

Nidification du Faucon crécerelle en 1975 à Paris sur l'église St Sulpice

Baudoin 1976, Le Passer 12:78-88

Analyse de pelotes à Paris et en région parisienne : 40% d’oiseaux à Paris contre 2% en R.P., 57% de micromammifères contre 86,6% en R.P.

 

Approche du régime alimentaire du Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) en milieu urbain (Paris intra-muros) et durant la période de reproduction

Quere JP 1990, Le Passer, 27 : 52-91

Sur plus de 1000 proies : 63,5% de mammifères (dont 75% de campagnols) et 32% d’oiseaux (95% de moineaux). Le pourcentage d’oiseaux augmente pendant la saison et devient dominant à partir de mai.

 

The kestrel (Falco tinnunculus L.) in Berlin: investigation of breeding biology and feeding ecology

Sonja Kubler,Stefan Kupko,Ulrich Zeller 2005, J Ornithol. 146: 271–278

A Berlin, 10 couples en nichoirs suivis de 2002 à 2004 (sur 200-250 couples environ sur le territoire de la ville-état).

Gradient très net du centre à la périphérie dans les restes de proies trouvées au nid: 70% d’oiseaux au centre contre 7% à la périphérie, les mammifères passant au contraire de 11% à 78%.

Les moineaux représentent 74% des oiseaux en centre ville, 42% à la campagne. A noter la présence dans la liste des proies de 13 Martinets (sur 540 oiseaux au total) et de 8 Perruches !

16/06/2007

Le merle des villes et le merle des champs

Merle caniveau R-Lenoir fev05 red

 

Le merle urbain est-il différent génétiquement du merle rural ?

 

Is urbanisation of European blackbirds (Turdus merula)

associated with genetic differentiation?

Jesko Partecke  Eberhard Gwinner Staffan Bensch

J Ornithol (2006) 147:549–552

 

En étudiant certains segments d'ADN , ils ont montré qu'il n'y avait pas de différence significative entre les merles urbains et ceux des forêts environnantes.

On doit donc abandonner l'hypothèse d'une différenciation globale entre les populations urbaines et forestières.

Cela n'empêche pas que certains caractères génétiques puissent être sélectionnés en ville : calendrier des activités des gonades, activité migratoire et même le déclenchement des mues par la photopériode.

Rq: Erz (1964) pense que les populations urbaines de merle ont besoin d'être renforcées régulièrement par des oiseaux ruraux alors que Batten (1973) a suivi à Londres une population qui était stable et produisait même un surplus de juvéniles.

 

 

Caractères génétiques du merle urbain

 

Increased sedentariness in european blackbirds following

urbanization: a consequence of local adaptation?

Jesko Partecke and Eberhard Gwinner

Ecology, 88(4), 2007, pp. 882–890

 

A l'aide d'oiseaux pris au nid en milieux urbain et forestier dans la même région et élevés dans des conditions semblables, les auteurs montrent des différences phénotypiques nettes entre les 2 populations :

- une agitation migratoire printanière nettement moins forte chez les mâles urbains que chez les mâles ruraux (pas de différence pour les femelles)

- un dépôt de graisse plus faible chez les mâles urbains que chez les ruraux

- les individus dotés d'un potentiel migratoire plus faible ont aussi un développement des gonades précoces, ce qui est une adaptation aux conditions plus favorables de la ville

 Il est à peu près certain que cette différence soit d'origine génétique.

 

Timing de la reproduction et contrôle hormonal ches les merles urbains

 

Underlying physiological control of reproduction in urban and

forest-dwelling European blackbirds Turdus merula

Jesko Partecke, Thomas J. Van’t Hof and Eberhard Gwinner

Journal of Avian Biology 36: 295/305, 2005

 

Etude sur des oiseaux vivant en 2 endroits distants de 40 km, dans un cimetière urbain à Munich et une forêt (1,46°C plus chaud, 7,42% d'humidité en moins et moins de pluie)

Le développement des gonades des merles urbains commencent en moyenne 3 semaines plus tôt que ceux des forêts environnantes (20j pour les mâles, 28 pour les femelles) alors qu'il n'y a pas de différence pour leur régression. En revanche il n'y a pas de différence entre le calendrier de sécrétion des hormones de la reproduction.

Discussion sur les causes possibles (climat ? interaction sociale due à la forte densité ? éclairage ? )